dimanche 25 octobre 2015

Dimanche 8 mai 2005 : La Chinte aux agneaux – bois St-Jean.

Au matin, toujours les lièvres qui parcourent les champs, sautillent sur quelques mètres, s’arrêtent tous les sens aux aguets, repartent…
Je reprends mon chemin à 8h30 avec Oscar. Le temps est ensoleillé, la température très agréable.
Le GR 46 s’engage dans un chemin herbeux rectiligne qui retraverse la voie de chemin de fer désaffectée. Oscar débusque un lièvre qui ne s’attarde pas.
A hauteur d’Ardentes, au large de la rive gauche de l’Indre, on entre dans le Boischaut-sud. Là aussi, la proximité de la Champagne a conduit à l’abandon des systèmes de polyculture-élevage au profit exclusif des céréales. Cependant les grandes étendues agricoles cèdent peu à peu la place au bocage.
Un camp de Manouches est situé sur l’ancien tracé du GR, fermé à cet endroit. Nous le contournons par la route. On me salue…
 Après la ferme de la Besace, nous empruntons un chemin herbeux. Nous franchissons à nouveau la voie de chemin de fer et arrivons sur la D19 où Viviane récupère Oscar.

Le paysage commence doucement à changer. Les chemins sont bordés d’arbres et de haies, les genêts à balais sont en fleur, l’horizon se vallonne. Je longe une pâture où paissent des charolais, premier troupeau rencontré sur le parcours du GR 46.
Je gagne les abords du château de Bonnet. Peu après je passe à hauteur d’un troupeau de vaches limousines dans un pacage protégé par des haies. De l’autre côté de la D19, le GR contourne un massif forestier par le nord puis entre en forêt pour s’engager plein sud dans le bois du Fond des Chaumes. Large chemin d’exploitation aux ornières inondées, détruit par les engins forestiers. Je longe plusieurs étangs pour atteindre une route départementale à hauteur du bois Saint-Jean.
Viviane m’attend à cet endroit. Nous mangeons dans le fourgon au bord du chemin, à proximité d’un des étangs.

 *****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire